Prague et L’insoutenable légèreté de l’être

By | Oct 30, 2017

*musique* Salut tout le monde, j'espère que vous allez bien, je retrouve aujourd'hui pour une nouvelle vidéo "1 voyage 1 livre" dans laquelle je vais donc vous présenter un livre en rapport avec un de mes voyages.

La dernière fois, on partait ensemble à la découverte de New-York avec le livre "L'attrape-coeurs" de Salinger qui est un de mes livres préférés de tous les temps.

Et aujourd'hui, on retourne en Europe et c'est à Prague que je vous emmène.

*musique* Alors pour la petite histoire, j'ai visité Prague à l'automne dernier, donc en septembre 2016 lors de mon voyage Interrail pendant lequel j'ai parcouru l'Europe Centrale pendant un mois.

Et c'était une capitale dans laquelle je rêvais d'aller depuis vraiment longtemps parce qu'on m'en avait dit beaucoup beaucoup de bien.

J'ai été vraiment frappée par la façon dont je me suis sentie tout de suite chez moi.

Prague, j'ai trouvé que c'était une ville très accueillante même si c'est une capitale et qu'il y a énormément de touristes évidemment.

J'ai trouvé la ville et l'ambiance vraiment chaleureuses, il y a plein de petites ruelles, plein de pavés, c'est vraiment assez cosy comme ville et en même temps, il y a beaucoup de bâtiments vraiment magnifiques, de l'architecture Art déco qu'on voit nulle part ailleurs, qui sont vraiment très très très jolis.

Evidemment, c'est une ville qui a beaucoup d'histoire et ça se ressent dans les visites, dans la façon dont la ville est construite, il y a beaucoup de musées qui sont super intéressants j'ai eu la chance de visiter le musée Mucha, par exemple que j'ai vraiment adoré, le château de Prague est vraiment incroyable également.

Et voilà, c'est vraiment une ville géniale, très très belle, dans laquelle je me suis sentie à l'aise tout de suite.

C'est une ville dans laquelle j'avais beaucoup retourner parce que c'était un gros gros coup de cœur pour moi, je pourrais vous en parler pendant des heures mais je vais vous mettre en barre d'info, l'article que j'ai fait sur mon blog de voyage sur la ville de Prague avec toutes les visites qu'on peut y faire, quelques adresses pour sortir, etc.

J'espère que ça vous plaira si vous comptez visiter la ville un de ces quatre.

Passons tout de suite au point central de cette vidéo, à savoir le livre en rapport avec la ville et j'ai choisi de vous parler de "L'insoutenable légèreté de l'être" de Milan Kundera.

Alors, c'est un livre que j'ai lu il y a à peu près un an et demi dont j'avais pas eu l'occasion de vous parler sur la chaîne.

A vrai dire, c'est un livre qui me faisait très très peur avant de le commencer parce qu'il est réputé pour être assez compliqué, assez lourd en dépit de son titre et je ne vous cache pas que c'était le cas mais c'était surtout une lecture très très très intéressante une fois que l'on cherche à la comprendre.

Alors "L'insoutenable légèreté de l'être", c'est l'histoire de Tomáš et de Tereza qui sont donc un couple, ça se passe à Prague pendant les années 60 et 70, on est donc en plein dans les événements pré printemps de Prague qui s'est donc passé en 1968 et qui était un genre de révolution du peuple qui voulait se révolter contre l'occupation soviétique et communiste.

On va donc suivre dans ce récit quatre personnages, donc il y a Tomáš et Tereza dont je viens de vous parler mais également Sabine et Franz, Franz est amoureux de Sabine, Sabine est la maîtresse de Tomáš et ces quatre personnages vont chacun représenter quelque chose dans le récit.

Alors, c'est un peu difficile d'expliquer ce livre mais il y a beaucoup beaucoup de références et de métaphores philosophiques.

Dans ce roman, Kundera met en opposition la légèreté et la lourdeur, il représente la lourdeur par les personnages de Tereza et de Franz et la légèreté par les personnages de Tomáš et de Sabine.

Alors, pour situer un petit peu les personnages, on a Tomáš qui est un chirurgien, qui lui est assez volage, assez libertin, qui a des mœurs assez légères.

Tereza, elle, représente la morale, représente l'amour dévoué à son mari, l'amour pur et dur.

Sabine, elle, est vraiment l'incarnation de la légèreté, elle, à l'image de Tomáš, est un peu volage, un peu très libérée finalement.

Et Franz, à la fin, lui représente la lourdeur, le concept même de la pesanteur puisqu'il est un peu coincé dans un mauvais mariage qui ne lui plaît pas et c'est vraiment l'incarnation, encore une fois, de la lourdeur.

Tous ces personnages vont finalement vivre leur petite vie avec leurs problèmes etc.

et à travers cet entremêlement d'histoires, de relations, etc.

, Kundera va appliquer sa théorie, son idée que finalement la légèreté n'est pas forcément meilleure que la pesanteur.

On retrouve d'ailleurs cette idée dans le titre puisqu'il parle de l'insoutenable légèreté de l'être, ce qui implique que finalement des personnages dits légers sont susceptibles d'avoir une vie bien plus compliquée que les personnages qui sont plus ancrés dans la lourdeur.

Evidemment, c'est assez compliqué de parler de ce livre parce que c'est un livre très métaphorique au final, c'est une énorme allégorie de la vie et les concepts qui y sont abordés, qui y sont expliqués, il faut quand même avoir un bagage assez philosophique pour tout saisir.

J'avoue qu'à ma lecture, j'ai été perdue à quelques moments, il y a par exemple au milieu du livre, je crois, une espèce de dictionnaire avec des concepts, etc.

que Kundera aborde, qu'il explique qui m'ont un petit peu perdue, ils m'ont fait perdre le fil du récit au final mais à la réflexion, avec beaucoup de recul, je pense que j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre.

Tout d'abord parce que ses personnages sont assez bien écrits, parce que le contexte socio-historique est très intéressant, c'est vraiment fascinant, c'est le seul livre que j'ai lu qui se passe à Prague et qui se passe pendant les années communistes donc de ce sens, c'était vraiment vraiment très enrichissant.

Et je pense que c'est un livre pas forcément qu'il faut absolument avoir lu mais dont il ne faut pas forcément avoir peur.

Moi j'ai mis vraiment beaucoup de temps à le lire parce que justement il me faisait peur et finalement, derrière son aspect assez lourd malgré son titre, assez compliqué, quand on y plonge, c'est vraiment un livre très très intéressant.

L'auteur aborde beaucoup de sujets comme l'amour, comme la sexualité et la politique et il expose aussi pas mal de concepts philosophiques qu'on peut rapprocher de ceux de Nietzsche ou encore de Freud Donc voilà, c'est un sacré programme mais si vous voulez vous attaquer à ce monument, on peut le dire, de la littérature, franchement allez-y parce que c'est vraiment, encore une fois, complètement fascinant et très très enrichissant, en tout cas, c'est une lecture qui m'a beaucoup apporté, que j'ai pris pas mal de plaisir à lire même si sur le coup c'était un petit peu difficile.

C'est vraiment une lecture très très intéressante que je vous recommande pour découvrir à la fois Kundera qui est un très grand auteur tchèque et également pour vous plonger dans le contexte historique de la République Tchèque qui n'était pas encore la République Tchèque, d'ailleurs, pendant les années du communisme, c'est vraiment vraiment passionnant.

Voilà, cette chronique qui était un petit peu décousue parce que ça arrive quand on parle d'un livre dont il est difficile de parler, mais j'espère que je vous aurais quand même convaincus de lire ce livre et surtout de découvrir Prague parce que c'est vraiment une ville incroyable.

N'hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu ce livre, s'il vous tente, si vous êtes déjà allé⋅e à Prague, si ça vous a plu, peu importe, racontez-moi en commentaire votre vie, ça me fera toujours plaisir de vous répondre.

Quant à moi, je vous retrouve très très bientôt pour une nouvelle vidéo et en attendant, je vous souhaite de bonnes lectures et je vous dis à très vite, bye! *musique*.